Le temple Tenryuji se trouve à Kyoto, l’ancienne capitale impériale du Japon. Il est plus précisément situé dans le quartier d’Arashiyama, entouré de son quartier traditionnel et touristique puis de verdure chatoyante. Arashiyama vaut bien une journée de visite et nous allons l’explorer. C’est magnifique !


Un peu d’Histoire

Ce temple, emblématique de Kyoto, est issu de la confrontation entre le pouvoir impérial et le pouvoir militaire. Il a émané de la volonté d’apaisement des samouraïs. L’empereur était en effet allié du général Ashikaga Takauji. Ils avait renversé le shogunat de Kamakura en 1333, donnant lieu à la restauration de Kenmu. Mais la situation s’est vite envenimée.

La restauration avortée de Kenmu

Selon les versions, l’empereur Go-Daigo était trop généreux envers les nobles de cour, sans penser à rétribuer les militaires qui l’avaient tant aidé à retrouver la réalité du pouvoir… Ou bien, les militaires, avec en premier rang Ashikaga Takauji étaient trop gourmands. Ashikaga réclamait le titre de shogun, ce que l’empereur lui refusait. S’en était suivie une monté des tensions avec de nombreuses conséquences. Les troupes impériales sont défaites et le shogunat Ashikaga s’est établi.

Alors que Go-Daigo a fui à Yoshino, Ashikaga Takauji a intronisé Komyo, plus conciliant, empereur à Kyoto qui lui-même l’a ensuite intronisé shogun. Le shogunat Ashikaga a été instauré en 1336. Les cours du Nord et du Sud du Japon, rivales, se sont ensuite confrontées pendant près de 60 ans.

Volonté d’apaisement

Go-Daigo est mort à Yoshino en 1339. Tadayoshi, frère cadet du shogun en a fait un songe, d’un dragon céleste, jaillissant d’une rivière. L’âme de l’empereur était furieuse de son infortune et se serait ainsi réincarnée. Takauji voulait déjà construire en ces lieux un temple bouddhique à la mémoire de Go-Daigo. Il fût d’autant plus conforté dans sa volonté d’apaiser l’empereur défunt après l’écoute de ce rêve ! Il a donc bâti le temple en l’eceinte du palais Kameyama, auparavant habitation de jeunesse de l’empereur déchu. Le shogun et le moine Muso Soseki l’ont alors consacré au bouddhisme, style Zen Rinzai, et l’ont rebaptisé Tenryuji (temple du dragon céleste). Le temple fût terminé en 1345.

Aujourd’hui, le visiteur peut encore admirer l’architecture de ces bâtisses maintes fois restaurées mais authentiques et les jardins qui ont conservé leur éclat d’origine. Le temple est d’ailleurs part du patrimoine mondiale de l’humanité de l’UNESCO au titre de l’ancienne Kyoto. L’intérieur vous réserve aussi ses beautés : peintures d’un dragon céleste, représentations de Bodhidarma (moine indo-persan du Vème siècle et qui a propagé le Bouddhisme en Chine) et de bien autres choses encore. Le temple Tenryuji est un impératif lorsque l’on visite Kyoto. Il permet aussi de bien commencer la visite du quartier d’Arashiyama. Vous venez ? Je vous attends !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Instagram

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :