Le sumo, lutte japonaise, est aujourd’hui reconnu dans le monde entier comme un pan de la culture japonaise, mais peu de gens le connaissent vraiment. C’est à Nara, dans la ville de Katsuragi, dans le quartier de Taima que le sumo est né. Visiter Katsuragi, c’est aussi l’occasion d’en savoir un peu plus sur ce sport. Le musée du sumo « Kehayaza » a ouvert ses portes en 1990. Il attire naturellement les visiteurs des environs mais aussi de plus en plus les touristes étrangers. Le musée se trouve sur la route menant à Taima-dera. En tant que guide francophone de Nara au Japon, je ne peux que vous recommander ce musée ! Nous pouvons nous y rendre après avoir visité le temple.

Un musée qui raconte l’histoire du sumo

Le visiteur peut s’essayer au sumo au rez-de-chaussée du musée sur une représentation grandeur nature d’un dohyô, surface en terre battue où combattent les professionnels. C’est d’autant plus remarquable que les endroits où les visiteurs peuvent s’essayer au sumo sont rares même au Japon ! Au 1er étage, le visiteur aura droit à une explication historique et à une exposition sur le sumo d’alors et d’aujourd’hui. 

Taima no Kehaya vivait au Japon un peu avant le début de l’ère chrétienne. Il se disait le plus fort et cherchait un rival. L’empereur Suijin qui eut vent de cette histoire se mit à lui chercher un rival qu’il trouva sous le nom de Nomi no Sukuné. Un combat fut donc organisé le 7 juillet -22, selon la chronique « Nihon Shoki », où Kehaya perdit la vie. Ce combat serait donc l’origine du sumo.

Ce sport a traversé les époques. Il a pris sa forme actuelle durant la guerre civile japonaise puis sous Edo (XVI-XVIIème siècles) lorsque les clans en présence s’en servaient pour recruter les soldats valeureux. Le sumo s’est donc vu codifié avec 88 techniques.

Le musée du sumo raconte ces différentes époques. De nombreux dessins, photos et objets sont exposés. Le visiteur peut ainsi admirer des banzuké ( pancartes de classements avant tournois écrits à l’ancienne), des kesho mawashi, culottes de sumo d’ornement (dont les plus lourdes font plus de vingt kilos !) généralement portées par les sportifs avant combats et lors des cérémonies. Si vous aimez l’Histoire et les belles pièces, le musée est fait pour vous.

Expérience de sumo

Le Musée organise de nombreuses activités d’initiation à l’histoire du sumo et au sport lui-même. Ce que je vous conseille le plus, c’est bien évidemment l’expérience de sumo ! Il faut s’y prendre à l’avance, c’est sous réservation. Cette activité est très populaire auprès des étrangers. Vous pourrez essayer la culotte de sumo composée d’un ruban de 18 mètres ou un déguisement complet de sumotori !

Je me suis bien-sûr essayé aux deux. C’est magnifique ! Dès que j’ai enfilé mon déguisement, tout le monde s’est mis à rire et l’atmosphère n’en était que plus joyeuse. Je me suis ensuite essayé à la gestuelle et aux techniques sumos. Une expérience amusante et enrichissante que je ne peux que vous conseiller.

Je ne me serai pas douté qu’il était aussi difficile de s’exercer au lancer de sel purificateur avant combat. Pour faire voler haut le sel, il faut y mettre franchement de l’énergie et j’ai du m’y reprendre plusieurs fois. Par la suite, je me suis rendu compte de la difficulté que peut éprouver un sumotori en plein combat : techniques, gestuelles et cette surface de combat, le dohyô, en terre battue très dure.

Si un sumo s’y met sérieusement, les blessures peuvent malheureusement être au rendez-vous. Amis lecteurs, faites attention à vous quand vous vous y exercerez dans ce musée.

En visitant le musée, je me suis rendu compte de la passion des pratiquants et des admirateurs japonais et étrangers envers ce sport de combat. Taima no Kehaya, mort pour le sumo, doit être heureux de là où il nous regarde ! Moi-même, j’ai fait de la lutte, sport plutôt européen qui ressemble au sumo, de mon enfance à l’université. En celà, j’ai été très intéressé par son histoire et ses techniques. En tant que guide francophone de Nara au Japon, je vous conseille vivement de visiter ce musée, lieu immanquable et activité rafraîchissante à Katsuragi, après visiter le temple Taima. Vous venez ? Je vous attends !

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
RSS
Follow by Email
Twitter
Visit Us
Follow Me
YouTube
YouTube
LinkedIn
Share
Instagram

One response

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :